fbpx
Wivy déride l’animation en gérontologie

Wivy déride l’animation en gérontologie

Loïc Fruleux a créé la société Wivy en mai 2017, à la Plaine Images, à Tourcoing (Nord). Ce jeune entrepreneur ambitionne de devenir un acteur majeur de l’animation en gérontologie d’ici 2020.

Le créateur

C’est en 2015 que l’aventure Wivy a démarré pour Loïc Fruleux. Se décrivant comme « une personne de projets », cet entrepreneur lillois a un parcours atypique. Après avoir travaillé dans un laboratoire de recherche, avoir été responsable des ressources humaines chez IBM aux Philippines ou encore professeur d’agronomie à Lille, il s’est pris d’intérêt pour la gérontologie. « Un de mes cousins, animateur en gérontologie, m’a montré une animation créée sur PowerPoint. Cela lui a pris une quarantaine d’heures à faire pour une animation d’une durée d’une heure. Je me suis rendu compte qu’il n’existait pas de supports pour les 10 000 animateurs en gérontologie que compte la France. Ils doivent tout préparer eux-mêmes, sur leur temps personnel », explique-t-il. Il s’est donc associé avec ce premier cousin et un autre possédant des compétences en informatique pour créer la start-up en famille.

Le concept

Les trois associés sont partis à la rencontre d’une trentaine d’Ehpad, dans l’idée de créer une application facilitant le travail des animateurs. « Nous voulions savoir ce qu’ils proposaient et ce qui était proposable », commente Loïc Fruleux. Au terme de ces visites, Wivy a conçu une application qui comporte un catalogue de 80 animations : des conférences, quiz, loto, etc. L’idée est de débarrasser les animateurs du travail de préparation. L’entrepreneur ajoute : « L’animateur a besoin d’Internet pour télécharger l’animation qui l’intéresse et ensuite, il peut l’utiliser n’importe où sans avoir à se soucier d’une connexion ». Une nouvelle animation est disponible chaque semaine.

Les perspectives

Wivy est déjà utilisé dans près de 350 établissements en France, en Belgique et en Suisse. « Nous espérons atteindre les 500 d’ici la fin de l’année », souligne le dirigeant. Le forfait est de 450 € par an, par résidence et par animateur. Un supplément de 120 € est nécessaire pour une utilisation par un autre animateur d’une même résidence. En France, le potentiel de CA est de 10 M€. La start-up veut se développer rapidement, pour devenir « un acteur majeur de l’animation en gérontologie d’ici 2020 », ambitionne Loïc Fruleux. La société compte 3 salariés et prévoit un CA de 160 000 € fin 2019, tout en étant à l’équilibre. Ensuite, Wivy entend se lancer à l’international. « Nous voulons nous appuyer sur des grands groupes qui ont des résidences de repos à l’étranger », explique le dirigeant. Wivy mise aussi sur de nouveaux produits, comme une plateforme musicale utilisable par les animateurs comme par les résidents, qui doit voir le jour en septembre. Pour mener à bien ces projets, la start-up cherche à lever 150 000 €.

Elodie Soury-Lavergne

https://www.lejournaldesentreprises.com/hauts-de-france/article/wivy-deride-lanimation-en-gerontologie-125494